Contrôle par ressuage (PT)

  • Principes

  • Equipement

  • Effectif

  • Références

  • Projets

Contrôle par ressuage

Le ressuage est par définition la résurgence d’un liquide (ou d’un gaz) d’une discontinuité dans laquelle il s’était préalablement introduit au cours d’une opération d’imprégnation. Prolongement logique de l’examen visuel, cette méthode permet donc de détecter les discontinuités débouchant en surface de la pièce contrôlée sous forme d’indications colorées ou fluorescentes, observées respectivement sur un fond blanc ou sur un fond noir.
Le ressuage comporte quatre phases dont la première consiste à bien nettoyer la pièce à contrôler. Un liquide coloré et/ou fluorescent, appelé “pénétrant”, est ensuite appliqué sur la surface à contrôler au cours de la deuxième phase. Il pénètre par capillarité à l’intérieur des défauts (fissures de corrosion, porosités, piqûres, retassures, gouttes froides, lignes, repli ures, dédoubleurs, criques de rectification, tapures de traitement thermique, micro-amorces de rupture, etc.), nécessitant une durée de pénétration avant l’étape suivante.
Durant la troisième phase, l’excès de pénétrant en surface est éliminé par lavage suivi d’un séchage.
La surface peut alors être recouverte d’une couche mince de “révélateur” qui adsorbe le pénétrant contenu dans les discontinuités, à la suite de quoi les indications de discontinuités apparaissent sous forme de taches colorées en surface. Ces taches étant plus larges que les discontinuités, il est alors plus simple de localiser celles-ci. Pendant cette quatrième phase, le révélateur fait “ressuer” le pénétrant, ce qui permet d’obtenir un bon contraste avec le pénétrant, facilitant ainsi l’observation visuelle.
Le contrôle s’effectue en lumière blanche artificielle ou lumière du jour (ressuage coloré) ou sous rayonnement ultraviolet (UV-A).

Mode d'examen

Le ressuage est une méthode CND qui s’intègre facilement dans les chaînes de production ou de maintenance. Les pièces sont traitées à différents postes : application du pénétrant, rinçage puis émulsification (dans le cas d’utilisation d’un pénétrant à post-émulsion et d’un émulsifiant hydrophile), lavage, séchage et application du révélateur.
L’examen est toujours effectué, dans des conditions appropriées d’observation, par un contrôleur.
Il existe deux procédés distincts :

  • Ressuage coloré : examen (lumière blanche artificielle ou lumière du jour).
  • Ressuage fluorescent : examen sous rayonnement ultraviolet (UV-A) ou, éventuellement, lors d’un contrôle intermédiaire, sous lumière bleue actinique.

Quel que soit le procédé utilisé, la mise en œuvre décrite ci-dessus est similaire. Les seules différences opératoires proviennent essentiellement de la nature du couple pénétrant/révélateur.
Quelques cas ci-dessous :

  • Pénétrant lavable à l'eau ou éliminable au solvant.
  • Pénétrant à post-émulsion : rendu lavable à l'eau après émulsification à l’aide d’un émulsifiant, ou éliminable au solvant.
  • Révélateur sec : Poudre duveteuse très fine blanche appliquée sur les zones à contrôler, applicable uniquement dans le cas d’utilisation d’un pénétrant fluorescent.
  • Révélateur à base de solvant volatil (appelé encore : humide non aqueux), applicable quel que soit le type de pénétrant utilisé.

Intérêts de la méthode

Au cours des années, cette méthode a su s’adapter aux normes de plus en plus rigoureuses en matière d’hygiène, de sécurité et de respect de l’environnement, et elle reste largement utilisée.
En effet, hormis le faible coût de mise en œuvre, l’un des principaux intérêts réside dans la possibilité de détecter des défauts type crique, fissure de corrosion, porosité, piqûre, etc. avec une grande fiabilité, quels que soient leur orientation et leur emplacement sur la pièce à contrôler, mais également quelles que soient la dimension et la complexité de géométrie de celle-ci. Il est toutefois important de noter que les défauts doivent être débouchant et non obstrués pour permettre un contrôle fiable.
De plus, le ressuage peut être défini comme une méthode globale, signifiant qu’il est possible de contrôler une pièce en une seule opération ou de traiter une grande série de petites pièces à la fois , ce qui n'est naturellement pas possible par la radiographie, la gammagraphie, les ultrasons ou courants de Foucault, etc

Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

NOM & PRENOM

Diplôme Académique

RT

AGOUNI KACI Akli INSPCTEUR NII N.II
AKSAS Kaci ING METALLURGIE N.II
BENABBAS Fayçal LICENCE ELECTRONIQUE N.II
BENGA Réda ING D’ETAT MINES ET METALLURGIER N.II
BOUAITA RABAH INGENIEUR ELECTROMICANIQUE N.II
BOUGHARNOUT Ahmed LICENCE GENIE MECANIQUE N.II
BOUKHARI Tahar  INSPCTEUR NII N.II
BOUNATIRO Med Hatem ING EN GENIE MECANIQUE N.II
BOURAS Ali INSPCTEUR NII N.II
ATTABA Hamza MAGESTER EN GENIE MECAN N.II
FELLAH Oualid Tahar ING METALLURGIE N.II
FRIDI Hichem ING EN GENIE MECANIQUE N.II
GHEMOURI Mustapha INGENIEUR ELECTRONIQUE N.II
GUELIANE Azeddine DEUA Transport et distribution N.II
HANDI Mohamed LICENCE EN GENIE INDUSTRIEL N.II
HENNACHE Mohamed T.S EN MECANIQUE N.II
ISSAD Mustapha INSPCTEUR NII N.II
KRIM Mohamed ING METALLURGIE N.II
KALI Abdennour ING EN GENIE MECANIQUE N.II
LARDJANE Daoud INGENIEUR ELECTRONIQUE N.II
MADANI Mohamed  INSPCTEUR NII N.II
MESSAI Toufik ING TECHNO DU VERRE N.II
RAHALI Youssouf ING METALURGIE N.II
TARAHA Omar ING METALLURGIE N.II
  • ORLAC Unite de Blida
  • CPMC D’Alger
  • CDJ CAP DJINET (STATION DE DESSALEMENT)
  • CEPSA Station RKF